Traitement des pneus

Tous les pneus démontés ne sont pas affectés à la même fin. Certains sont encore en suffisamment bon état pour être remis sur le circuit de l'occasion ou peuvent encore servir au rechapage. Si ce n'est plus le cas, ils subissent un processus de valorisation, au cours de laquelle le caoutchouc est soit recyclé (valorisation matière), soit utilisé comme source d'énergie (valorisation énergétique).

Rechapage de pneus

L'usure des pneus est inévitable, mais dans certains cas, le cycle de vie d'un pneu peut être considérablement prolongé par le biais d'un rechapage. Cette technique est uniquement possible sur des pneus dont la carcasse (c.-à-d. la partie rigide se trouvant à l'intérieur) est encore intacte. La surface usée (c.-à-d. la partie du pneu entrant en contact avec la route lors de la conduite) est éliminée par fraisage et remplacée par une nouvelle « chape ». Le matériau ayant été retiré de l'ancienne surface est traité, trié et introduit dans le circuit de recyclage. Le rechapage est surtout utilisé pour les pneus des camions.

Valorisation matière

Les nouveaux pneus sont conçus étape par étape. Pour rendre les anciens pneus réutilisables ou en faire de nouvelles matières premières, il est généralement indispensable de tout d'abord les découper. Cette opération, appelée broyage, est la première étape du processus. Les broyeuses se composent de lames fonctionnant comme des ciseaux, montées sur des cylindres tournant en sens inverse. Grâce à leur grande puissance, elles « découpent » les pneus en lamelles irrégulières de 40 à 300 mm environ. À cette étape, les résidus de la ceinture métallique et des fibres textiles sont toujours présents. Les déchets, comme le verre, les cailloux et le sable, sont éliminés par jet d'eau, ce qui permet aussi de refroidir les broyeuses.

Pour certaines applications, ce premier traitement suffit. Pour d'autres applications de recyclage, les lamelles doivent toutefois encore être réduites et elles passent dans une trancheuse. Au cours de cette procédure, les fragments métalliques sont éliminés par aimantation, tandis que les fibres textiles sont aspirées ou soufflées à l'aide d'air comprimé. Cette procédure peut, en fonction des spécifications du client, être poursuivie jusqu'à ce que le pneu soit totalement réduit en poudre.

Valorisation énergétique

La combustion des pneus non réutilisables, qu'ils aient ou non été laminés, est l'une des méthodes de traitement les plus anciennes. Le caoutchouc présente en effet une capacité énergétique très élevée et de très bonnes propriétés de combustion. Cette technique n'est toutefois autorisée qu'en vue de générer de l'énergie (pour l'industrie du ciment et la production d'électricité). L'opération se déroule à des températures excédant les 1 000 °C afin d'éliminer un maximum de déchets. L'émission d'oxyde de zinc, de particules fines et de dioxyde de soufre ainsi que d'autres gaz nuisibles est elle aussi soumise à des dispositions légales strictes.

Le traitement de pneus entiers ou laminés en tant que matériau (secondaire) pour les fours à ciment fait également partie des possibilités. Les fours à ciment fonctionnent à des températures telles qu'il ne reste pratiquement rien des pneus; même le métal s'oxyde et peut, si on l'associe à la faible quantité de cendres, être transformé en briques.